Comme vous le savez, mon style principal est la photographie urbaine en noir et blanc, avec très souvent du contenu assez graphique. Par graphique, j’entends géométrie, lignes, contraste… rien d’autre ! J’adore chercher LA place, remarquer LE sujet, attendre LE bon moment… C’est mon art principal et j’adore ça.

Ghost_02. Part of the Ghost project. Cluj-Napoca, Romania, 2017.

Ghost_02. Tiré du projet Ghost. Obtenir un tirage d’art!

Avoir sa propre identité

J’ai toujours considéré comme étant très important pour un photographe d’avoir sa propre identité. Cette manière de cadrer, de prendre une photo, de la développer… Cela va d’une part faire ressortir le travail du photographe, mais aussi le rendre reconnaissable parmi tant d’autres. Un de mes plus grands accomplissements photographiques de ces derniers mois a été d’avoir des personnes me disant « je savais que c’était une de tes photos, j’ai reconnu ton style ». C’est toujours un grand moment de fierté. Cela signifie que des gens sont intéressés par mes photos (et n’étant pas un grand nom de la photographie, c’est toujours un plaisir 🙂 ), et peut-être encore plus important, cela signifie que mon travail peut se distinguer et s’identifier au milieu d’autres photos. Mes photos ne sont peut-être pas du goût de tous, mais au moins elles existent par elle-même. Et ça, c’est tout bon. J’ai ma propre identité photographique, ma marque, si l’on veut.

Et essayer quelque chose de nouveau

D’un autre côté je ne veux pas me limiter à ce seul style. Je veux essayer autre chose, quelque chose de nouveau. C’est dans cette optique que j’ai commencé le projet Ghost. A côté de mon travail Photo de rue/Urbain habituel j’aime beaucoup l’urbex, l’exploration urbaine. Trouver de vieux bâtiments, de vieilles usines abandonnées, dans leur jus, laissés à leur sort des années auparavant. La poussière, la rouille, l’humidité partout. Certains trouvent cela bizarre, voire malsain. Moi, je trouve cela fabuleux. Ces endroits racontent à eux seuls une histoire. Mais je ne voulais pas faire de l’urbex classique, je voulais introduire un élément humain, comme dans mes photos de rue. Et l’idée m’est venue : pourquoi ne pas introduire un élément inhumain dans la scène ? Le bizarre, l’étrange, ce sentiment dérangeant du fantôme dans ces lieux abandonnés. Puis j’ai trouvé l’endroit parfait. C’est parti.

 

Ghost 03. Cluj-Napoca, Romania, 2017.

Ghost 03. Tiré du projet Ghost. Obtenir un tirage d’art !

Les bénéfices

J’ai dû tout apprendre de nouveau. J’ai dû changer ma manière de photographier. En intérieur, et non en extérieur. Diriger des modèles, ce qui est complètement nouveau pour moi. Ou me mettre moi-même en scène, ce qui est loin d’être facile (et quel bonheur de pouvoir utiliser le contrôle à distance de l’appareil photo !). La recherche de spots a atteint un tout autre niveau, avec les contraintes (ou risques ? Totalement assumés en tout cas.) quant à la sécurité voire à la légalité de l’accès à ces lieux. Je me suis posé seul un challenge, et c’était génial !

Mes capacités de développement numérique ont aussi énormément progressé, principalement sous Photoshop. Je suis passé d’un simple polissage de mes photos de rue à la création de composites complexes doté de nombreux calques et autres Smart Objects. Certains aiment ça, d’autres en ont horreur, je le comprends parfaitement. Mais c’est à essayer au moins une fois, comme objectif pédagogique. D’ailleurs, tant qu’on parle processing : j’ai souhaité garder mon style monochrome. Je ne voulais pas abandonner le noir et blanc. Je veux continuer à produire un ensemble contant et solide, identifiable, et mon style graphique en est une part importante.

 

Ghost_05. Part of the Ghost project. Cluj-Napoca, Romania, 2017.

Ghost_05. Tiré du projet Ghost. Obtenir un tirage d’art !

Et maintenant ?

Et bien… le projet Ghost est toujours en cours. Je veux relever encore le niveau avec quelques idées qui je l’espère vont se matérialiser. Travailler sur ce projet est un excellent moyen pour moi de progresser, mais aussi de relever le niveau de mon travail en milieu urbain. Il m’aide aussi à passer un petit passage à vide côté motivation.

C’est définitivement un objectif que je vais poursuivre : toujours essayer quelque chose de nouveau. Etendre ses capacités ne peut être que bénéfique ! Et, au pire des cas, on se rend compte que l’on n’est pas fait pour ce nouveau style, comme moi et les portraits 🙂

Gardez le contact pour suivre le projet Ghost !

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.